Pourquoi est-il si dur d’arrêter de fumer ?

0
247
arrêter de fumer
Crédits : Twenty20

On dit souvent qu’avec de la volonté et de la motivation, on peut arrêter de fumer. C’est facile à dire rétorquent les fumeurs. En effet, ça ne dépend pas seulement de ces facteurs, et c’est pourquoi il est difficile d’en finir avec le tabagisme. L’explication est qu’il y a une dépendance psychique et une dépendance physique que le fumeur doit combattre. Pour bien comprendre ces dépendances, poursuivez bien votre lecture.

C’est quoi la dépendance psychique ?

La dépendance psychique est liée aux habitudes et aux obstacles causés par les croyances de l’individu souhaitant arrêter de fumer une bonne fois pour toutes. Pour les fumeurs, il y a plusieurs occasions pour prendre une cigarette : après avoir mangé, en buvant le café du matin, à la pause… et c’est devenu un réflexe, un automatisme. Il y a également le stress quotidien, l’anxiété et l’incertitude. Avec l’effet de la nicotine, la cigarette est considérée comme un facilitateur de bien-être accessible, mais qui malheureusement, disparaît quand le corps a éliminé cette substance. De plus, certains fumeurs pensent que fumer apporte une sensation de calme alors que c’est le fait de prendre une pause qui est lié au plaisir de fumer, tel est aussi le cas pour les gestes sociaux : une fête n’est pas complète sans une cigarette, on fume parce que notre entourage fume…

Qu’est-ce qu’on entend par dépendance physique ?

arrêter de fumer
Crédits : Twenty20

La dépendance physique est due à la nicotine, le premier facteur retenant les fumeurs à fumer encore même s’ils ont envie d’arrêter. Lorsqu’un individu fume, la nicotine passe par le sang pour arriver au cerveau en seulement quelques secondes, c’est beaucoup plus important que l’alcool. Elle se fixe sur les neurones et libère la dopamine. Neurotransmetteur, cette substance active la sensation de plaisir, c’est ainsi que se met en place le cercle vicieux du tabac, et donc, la manifestation de la dépendance physique. Lorsqu’il y a une baisse du taux de nicotine, l’organisme en redemande, et l’envie de fumer est à nouveau ressentie. Cette envie d’allumer une cigarette, si elle remonte à quelques heures, vient avec les symptômes du sevrage. Notons également l’effet stimulant de la nicotine qui baisse petit à petit une fois que l’organisme est en manque.

C’est vrai que la volonté et la motivation sont d’une aide précieuse pour se défaire de la dépendance physique et psychique du tabac, mais ce n’est pas suffisant. Il faut du soutien et un suivi psychologique pour arrêter efficacement le tabagisme. Pour ça, on pense à se faire accompagner par un professionnel de la santé et à se faire aider avec les différentes techniques pour réussir à arrêter de fumer. La rechute est réellement possible puisque craquer est un comportement humain normal, l’important est d’essayer et de continuer à se relever pour parvenir à l’objectif fixé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.