Covid-19 : Comment l’Europe organise la rentrée ?

0
172

Pour de nombreux enfants sur le vieux continent, le 1er septembre marque le retour à l’école. Si certains l’ont quitté, il y a 6 mois de cela, d’autres ne l’ont fait que plus tard. Port de masque obligatoire ou non, horaire décalé, « bulles d’élèves » : Dans une situation sanitaire bien plus que tendue, chaque pays essaye de répondre à sa manière à la menace en adoptant des techniques et stratégies bien différentes.

L’Allemagne au front

Si la majorité des pays ont procédé à la réouverture de leurs écoles à la fin du mois d’août et que d’autres l’ont repoussée à la mi-septembre, les Allemands, eux, ont repris le chemin des classes, il y a un mois déjà. À l’intérieur du pays, les États ont bénéficié d’une large autonomie. Si en Bavière par exemple, les élèves à partir du collège sont obligatoirement tenus de porter des masques, d’autres États n’ont pas jugé le port de masque nécessaire.

En Hesse par exemple, le ministre de l’Éducation déclarait que le port de masque n’était pas obligatoire dans les écoles. Cependant, d’après un média local, 6 établissements de cet état ont dû refermer leurs portes, car de nouveaux cas ont été détectés. Deux, parmi eux, le sont pour une période prolongée.

La Suède ne se mêle pas à la danse

En Suède les cours ont repris depuis la mi-août. Si le pays avait choisi de ne pas confiner sa population comme la plupart des pays du continent, il rouvre ses établissements sans adopter de mesures sanitaires particulières.

Ainsi, dans les écoles suédoises, le port du masque qui est jugé très peu efficace, n’est ni obligatoire ni encore moins recommandé par les hautes instances du pays. Cependant, sont de rigueur : l’hygiène parfaite et irréprochable des mains ainsi que la distanciation physique. Comme le rapporte RFI, d’autres décisions ont été prises. Par exemple, les horaires ont été décalés et les enfants sont interdits de transports en commun, et ce, encore plus aux heures de pointe. Les cours à distance devront également être de rigueur quelques jours de la semaine.

En Italie, des postes supplémentaires ont été créés dans l’enseignement

Fixée au 14 septembre, la rentrée en Italie risque d’être assez délicate, ce qui n’est pas du tout surprenant, vu que ce pays était l’un des plus touchés. Pour que la réouverture des classes se fasse sans le moindre souci, le 1er ministre italien ainsi que les différentes régions du pays ont fait part à la population d’une série de mesures sanitaires. Parmi celles-ci on retrouve :

  • Acquisition de 2.5 millions de pupitres individuels ;
  • La distanciation physique ;
  • Le port du masque aux horaires décalés ou lorsqu’il est impossible de respecter la distanciation sociale.

Le ministre de l’économie italien a également fait part de la création de 84 000 postes dans la branche de l’enseignement. Ces derniers sont destinés à la diminution du nombre d’apprenants dans chaque salle de classe. D’après un média local, 25 000 de ces postes devraient être opérationnels pour la prochaine rentrée.

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.